Combat acharné des élites parisiennes pour défendre le voile islamique

Le voile islamique est le chouchou des élites parisiennes, et c’est bizarre. L’actualité permet, par les cruels rapprochements qu’elle opère parfois, de mesurer combien l’affirmation identitaire de l’Islam en France bénéficie, in fine, de la bienveillance opiniâtre de la classe dominante en France. Ces derniers jours viennent d’en apporter la démonstration éclatante.

 

Cette semaine, Marianne publiait une tribune courte et incisive signée par 100 musulmanes de France qui dénoncent le port du voile. On y lit par exemple:

Nous, signataires de ce texte, affirmons haut et fort que le port du voile est le signe ostentatoire d’une compréhension rétrograde, obscurantiste et sexiste du Coran. Voiler les femmes, c’est stigmatiser leur présence dans l’espace public. Faire d’elles des citoyennes assignées à la scandaleuse identité de « subordonnées au désir supposé des hommes ». Or, notre beau pays lutte pour aller vers toujours plus d’égalité entre les sexes. Le sexisme et la diabolisation du corps des femmes sont contraires à nos idéaux.

Ces propos ne peuvent être plus clairs sur la soumission de la femme que le voile incarne, indépendamment du Coran dont il ne relève pas. Une musulmane n’a pas besoin de porter le voile pour vivre sa foi, sauf à vouloir lier la pratique d’une religion à l’asservissement de la femme.

On pouvait imaginer qu’en pleine querelle sur le port du voile dans les sorties scolaires, les élites parisiennes, toujours férues d’égalité homme-femme, profiteraient de cette parole libérée pour promouvoir une pratique éclairée du culte musulman.

Bien au contraire, dans un lâchage hallucinant, les élites qui  gouvernent ce pays ont décidé de sanctuariser le port du voile dans l’espace public, et on en reste confondu.

Emmanuel Macron sanctuarise le port du voile

C’est le Président de la République lui-même qui a donné le ton, depuis la Réunion où sa visite s’est moyennement passée, sur le sujet du voile. Jeudi dernier, lors d’une interview à la chaîne Réunion 1ère, il a déclaré:

“Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire, c’est ça la laïcité”, avait-il déclaré. “Le port du voile dans les services publics, à l’école, quand on éduque les enfants, c’est mon affaire. C’est ça la laïcité”.

La laïcité interdirait donc de réglementer le port du voile dans l’espace public. Ce faisant, le président crée un droit général et absolu au port du voile en dehors des services publics, qui est contesté par les tribunaux (une entreprise a la faculté d’en proscrire le port, rappelons-le, dans son règlement intérieur). Mais supposons… au moins ouvre-t-il la voie à une loi sur le port du voile dans les services publics.

Gérard Larcher veut défendre le port du voile

Dans une interview donnée ce dimanche au Journal Du Dimanche, Gérard Larcher, président du Sénat, va plus loin. Il soutient que le port du voile est une liberté, ce qui ne manquera pas de faire rire ceux qui quittent parfois les beaux quartiers parisiens pour se coller à la réalité. On citera pour lui répondre les propos de l’une des rédactrices de la tribune publiée par Marianne:

« La liberté de choix est complètement fausse, elle n’existe pas en vérité », explique-t-elle. « Ils me font rire doucement, ces journalistes et hommes bien-pensants qui vivent dans les beaux quartiers et prônent la liberté. Quand vous êtes une femme, que vous vivez dans les quartiers et que huit femmes sur dix portent [le voile], je peux vous dire que la liberté de choix est toute relative. Si vous ne le portez pas, vous êtes mise au ban. Cela s’est institué partout, dans les écoles, les associations, la rue. »

C’est donc cette « liberté », pure spéculation des élites parisiennes qui s’échoue sur la réalité du totalitarisme religieux pratiqué dans les quartiers, que le président du Sénat veut défendre.

Bien sûr, ces déclarations ne sont innocentes. La présidence du Sénat doit être décidée en 2020, et Larcher cherche par ses propos à rameuter les voix des gens hostiles à Bruno Retailleau qui devrait le challenger sur ce poste. Mais on peut s’interroger sur le bien-fondé du maintien en politique d’un Gérard Larcher capable d’utiliser une question aussi importante pour les libertés que celle-là dans le seul but de préserver sa gamelle.

Les élites et le voile : une position de principe

Alors que, de façon répétée, une écrasante majorité de Français est opposée au port du voile, les élites parisiennes, qui vivent cloitrées dans des quartiers sans musulmans, jouent leur propre partition et se coupent des réalités du pays en défendant becs et ongles une pratique que les musulmanes éclairées dénoncent ouvertement. Cette obstination à présenter un signe de soumission des femmes comme l’exercice d’une liberté est l’un des facteurs qui nourrit aujourd’hui le rejet des élites.

On lira avec amusement la liste des contributeurs à la tribune des « 90 personnalités » publiée par Le Monde il y a quelques jours assimilant le combat contre le voile à l’islamophobie, dans un raccourci de pensée particulièrement drolatique. On y trouve des Dominique Farrugia, des Guillaume Meurice, et des kyrielles de chercheurs ou d’enseignants très éloignés de la vie des quartiers les plus difficiles où le port du voile est une obligation à peine dissimulée.

On regrettera qu’une fois de plus les Français ordinaires se montrent plus sages que leurs élites. Les femmes musulmanes qui souhaitent avoir le droit de ne pas se voiler sans se heurter au harcèlement quotidien des rues ont besoin d’être aidées. Les élites refusent de leur tendre la main pour les aider.

Une fois de plus, nous savons que ce ne sont pas les élites qui sauvent ce pays, ni même qui le font.

Hits: 3352

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. René Fries dit :

    Voir mes commentaires sous http://www.lecourrierdesstrateges.fr/2019/10/14/lislam-structure-dangereusement-le-debat-public-en-france/ et là, en particulier, celui du 14 octobre 2019 à 11 h 21 min (= celui qui apparaît le premier).

    En sus, « Der neue Faschismus wird nicht sagen: Ich bin der Faschismus. Er wird sagen: Ich bin der Antifaschismus. (Ignazio Silone) // Le nouveau fascisme ne dira pas: je suis le fascisme. Il dira: je suis l’anti/*dascisme. (Ignazio Silone) », https://www.tabularasamagazin.de/der-neue-faschismus-wird-nicht-sagen-ich-bin-der-faschismus-er-wird-sagen-ich-bin-der-antifaschismus-ignazio-silone/

  2. fraleux dit :

    je suis contre le voile islamique dans les lieux publiques

  3. Joseph dit :

    Ce qui interpelle, c’est le dernier chapitre notamment « cloîtrés dans des quartiers sans musulmans ». Va falloir l’assumer celle-là ! Un Quatremer classerait illico le site dans la fachosphère. Sans compter qu’on y retrouve l’assise des thèses de Guilluy au sujet de la France périphérique. Non, décidément, vous filez un mauvais coton M. Verhaeghe !

    Sinon que du banal hélas (notre quotidien, pas l’article).

    In fine, ce n’est pas l’islam le problème, c’est la place que nous lui réservons qui en fait un problème.

    Les élites ne le sont plus pour longtemps, Christopher Lasch avait théorisé que l’avenir appartiendrait à ceux qui se détourneraient des médias (entendre mainstream, le présent site est un média !), Soljenitsyne avait prédit que les dissidents seraient un jour à l’ouest.
    N’avez vous pas l’impression que nous y sommes ? Orban, Farrage, Salvini, Johnson (excellent papier de Ingrid Riocreux sur BoJo et BFMTV ici : https://www.causeur.fr/bfm-tv-boris-johnson-manipulateur-brexit-168000), Trump, Poutine, etc, ainsi que la formidable accélération des « mouvements sociaux » partout sur la planète. Mouvements, à l’instar des GJ, qui échappent au contrôle des syndicats.

    Tout ceci est le signe de la perte de pouvoir de nos fameuses élites, Farrugia et quelques trublions n’y changeront rien car ils ne sont rien… Leur fait d’arme sera peut être d’interdire Zemmour d’antenne, ces imbéciles en feront alors un martyr, qui, comme tous les martyrs, s’opposera à eux sans plus aucune limite de temps.
    Cela fait des années que je diserte sur l’identité et qu’on m’oppose des arguments économiques, comme si l’économie était fondatrice de la moindre civilisation. Le réveil va se faire dans la violence, et les responsables sont ceux qui se sont accrochés à leurs privilèges au prix de toutes les concessions, l’islam étant une d’elles.

    Semper Fi. la devise de ces armés médiatico-politiques qui, n’en doutons pas, iront jusqu’au bout de leur logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.