Orléanisation accélérée d’Emmanuel Macron

 

Emmanuel Macron est en pleine crise d’orléanisation, déjà décrite dans nos colonnes à plusieurs reprises. Nous entendons par cette expression le glissement progressif du Président de la République sur un socle électoral de plus en plus proche de celui d’Alain Juppé, et de cette droite à la fois étatiste et attachée à un grand marché unique européen encadré par une élite modérée mais ferme sur son autorité. Un sondage vient de le confirmer. Nous continuer de pronostiquer une réorientation rapide à gauche pour se redonner de l’oxygène et sortir de ce socle de base.

On lira avec intérêt un article du Monde initialement signé Gilles Finchelstein (président du think tank socialiste Jean-Jaurès et proche de Macron), qui documente de façon statistique l’orléanisation d’Emmanuel Macron. En particulier, ce passage nous paraît très signifiant:

Emmanuel Macron dispose d’un socle de 15 % de Français qui approuvent son bilan et d’une réserve disponible de 33 % de Français qui gardent encore leur jugement. En outre, les caractéristiques de l’électorat de LRM sont éclairantes.

Politiquement, il s’agit d’une France dont le centre de gravité se situe de plus en plus clairement à droite : ainsi, dans la répartition entre LR et LRM, le tiers des sympathisants du parti Les Républicains choisit la liste LRM. Sociologiquement, il s’agit d’une France qui va bien : les intentions de vote montent à 33 % chez les cadres supérieurs, 31 % chez les bac + 4, 30 % chez les revenus supérieurs à 3 500 euros. Idéologiquement, c’est une France dont l’identité pro-européenne est très marquée : 97 % se déclarent favorables au projet européen et, plus significativement, 40 % au projet européen « tel qu’il est » – c’est 20 points de plus minimum que les électorats des autres partis traditionnellement pro-européens.

Voilà qui donne un appui statistique à l’orléanisation d’Emmanuel Macron (un tiers des sympathisants de LR optent pour Macron, ainsi qu’un tiers des cadres supérieurs). 

Nous maintenons notre pronostic selon lequel, fort de ce soutien acquis notamment grâce au prélèvement forfaitaire unique et à la suppression de l’ISF, Emmanuel Macron s’apprête à effectuer un puissant virage à gauche. 

 

Hits: 1039

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. J M Parnet dit :

    Pardonnez-moi mais ça, c’est de la politique-fiction !!! Le « puissant virage à gauche » ne pourrait être efficace électoralement (26 mai !) que s’il inclut le rétablissement de l’ISF dans sa version pré-2017 et alors les voix gagnées à gauche seraient perdues à droite.
    Dans l’autre hypothèse (= non rétablissement de l’ISF plein), les Gilets Jaunes vont faire la fête (créer le bordel ?) jusqu’au 14 juillet (au moins) et les « bobos de gauche MAIS AUSSI DE DROITE » – soucieux d’ordre et de sécurité car ces 2 conditions sont impératives pour « faire un max d’oseille », leur seule ambition – vont abandonner Macron en rase campagne …
    Bref, le  » Prés’  » est cuit, grillé, carbonisé, et je m’en réjouis car je le combats depuis novembre 2016: parmi les 3 candidats arrivés en tête au premier tour, il était le plus mauvais (et de loin) pour le BIEN COMMUN de la France et des Français et il le montre depuis son élection car tout ce qu’il touche est immédiatement transmuté en plomb.
    Vos prédictions sur les sujets économiques, financiers, sociétaux et culturels me semblent plus affinées ….
    Bien courtoisement

  2. Carl del rio dit :

    Vous pensez que Macron va opérer un virage à gauche ? Humm… je trouve ça très osé, mais il est possible, que notre président tente un coup de poker, c’est un banquier, il peut vendre du sable dans le Sahara alors il pourra essayer de faire un geste à gauche pour rassembler, et ne pas ostracisé, et froissé l’aile gauche de son parti…

  1. 28 février 2019

    […] Source : http://www.lecourrierdesstrateges.fr/2019/02/26/orleanisation-acceleree-demmanuel-macron/ Auteur : Date de parution : 2019-02-26 21:20:26 […]

  2. 28 mai 2019

    […] Encore faut-il comprendre l’origine de ces 5 millions d’électeurs qui ont porté leur voix sur une liste pro-européenne et présidentielle massivement soutenue par Emmanuel Macron lui-même. On y verra d’abord le triomphe de cette orléanisation du Président que nous évoquons régulièrement. […]

  3. 4 juin 2019

    […] par beaucoup, de Laurent Wauquiez ouvre une crise profonde qui s’explique d’abord par ce que nous avons appelé l’orléanisation d’Emmanuel Macron. Les Républicains doivent désormais se réinventer, coincés dans l’étroit espace laissé […]

  4. 24 juin 2019

    […] qui était vrai pour les élus a contaminé l’électorat lui-même. Ce que nous avons appelé l’orléanisation d’Emmanuel Macron, après une hésitation en faveur d’un virage à gauche (escompté par Ismaël Emélien qui a […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.