La fin de l’impunité pour les antifas ? par Charles Weizmann

Charles Weizmann met aujourd’hui en lumière les pratiques violentes des « antifas ». Certains d’entre eux de sont livrés à une agression à en bonne et due forme à Rennes, allant jusqu’à utiliser de l’acide pour nuire à leurs cibles. Cette montée de la violence, dans l’indifférence des pouvoirs publics et des bien-pensants, inquiète.

Un commando d’une vingtaine de militants antifas attaquent à l’acide un bar où se tient une réunion d’étudiants de droite.

Mercredi soir dernier, la rédaction du journal L’Etudiant Libre réunissait contributeurs et sympathisants dans un bar du centre-ville de Rennes. Mal leur en a pris : un commando d’antifas cagoulés a fait une descente, saccageant l’établissement et agressant les participants, allant jusqu’à leur jeter de l’acide au visage.

Jusqu’ici rien de surprenant, les militants antifascistes violents sont chez eux à Rennes (on déplore d’ailleurs une autre attaque ayant eu lieu plus tôt dans la semaine). Ce qui est nouveau en revanche, c’est que Carole Gandon, tête de liste LREM à Rennes pour les prochaines élections municipales, a publiquement condamné ce qui est bel et bien un attentat.

Le mur du silence dès qu’on approche des antifas

Bien entendu, l’approche des échéances électorales déclenche souvent chez les politiciens quelques remarques de bon sens. Cependant, nous avons fini par nous habituer au mur du silence dès qu’il s’agit des antifas et de leurs déprédations. Je n’inclus pas ici la question des zadistes de Notre-Dame-des-Landes qui avaient le mauvais goût d’embêter un premier ministre socialiste.

La réalité, c’est que pour la presse de gauche, les mauvais coups des antifas n’ont tout simplement jamais lieu. Il faut lire Valeurs Actuelles, Le Figaro ou la presse régionale pour en entendre parler. Libération et Le Monde n’ont même pas daigné y consacrer un entrefilet, alors que l’apostrophe d’une mère islamiste par un élu régional du RN a déclenché chez ces mêmes journalistes des hoquets d’indignation.

C’est le même syndrome que pour les dégradations d’églises. Pour qui suit de près le phénomène, on en est à deux cas de vandalisme par semaine en moyenne. Qui en entend parler ? La presse officielle n’est pas intéressée.

Des exactions à n’en plus finir

Les militants antifascistes se comportent aujourd’hui en France comme en territoire conquis. Ils font ce qu’ils veulent : tabasser des étudiants de droite (comme l’agression des militants de la Cocarde à Nanterre) pourrir des manifestations d’honnêtes citoyens, faire brûler des voitures de police avec leurs occupants à l’intérieur… L’idée même que des jeunes gens aux idées si généreuses (surtout avec l’argent des autres) puissent commettre des actes répréhensibles répugne.

Mieux encore : lorsque les déprédations sont tellement énormes qu’on ne ne peut plus regarder à côté, on déclare inacceptable que ces méthodes sont fascistes. Abracadabra ! En fait, c’est de l’extrême-droite finalement. L’honneur est sauf !

Le résultat est qu’à force de fermer les yeux, comme on le fait aussi dès qu’il s’agit de la racaille de banlieue, ces jeunes gens se sont inscrits dans ce schéma pervers consistant à combattre l’Etat avec la complaisance de l’Etat. Le mot complaisance n’est pas exagéré dès qu’il s’agit de la presse ou de la justice.

Le cas Antonin Bernanos

Ce sinistre individu, condamné pour tentative de meurtre sur les policiers d’une voiture qu’il a incendié avec un cocktail Molotov, est récemment sorti de prison au bout de seulement six mois, suite à une pétition de sa maman. Son incarcération était d’ailleurs dû à une autre condamnation, liée à un tabassage de militant nationaliste. En effet, le verdict de cinq ans pour tentative de meurtre (déjà léger en lui-même) n’avait pas été assorti d’un mandat de dépôt.

En prenant des décisions aussi irresponsables, nous sommes en train de constituer un véritable vivier de psychopathes, convaincus qu’ils peuvent tout se permettre et que la sympathie non dissimulée de la bourgeoisie de gauche les sauvera toujours. La justice a manqué une occasion de stopper un Pierre Goldman en puissance avant que cela ne se termine dramatiquement.

A l’opposé, l’affaire Méric

On est frappé de voir la disparité de traitement dans l’affaire Clément Méric, où un militant nationaliste a été condamné à onze années de prison qu’il purgera certainement du premier au dernier jour. Les remises de peine sont pour les gentils, pas pour les méchants. Puisqu’il n’est pas permis de critiquer une décision de justice, je me garderai bien de qualifier cette affaire de plus grande forfaiture de la magistrature française depuis Outreau.

D’une façon générale, il suffit à un collectif de nationalistes de s’agiter un peu pour se voir dissout et ses organisateurs condamnés lourdement, en témoigne le cas récent de Génération Identitaire qui se contentait de demander que la police aux frontières fasse son travail. A l’inverse, les groupements antifas ne risquent pas la dissolution puisqu’ils n’existent pas.

De même, le public avait découvert l’existence de la Ligue de Défense Juive le jour où ils ont commencé à s’attaquer à des journalistes de gauche propalestiniens. Jusque là, le sujet était trop mineur pour qu’on perturbe le sommeil des français avec ça.

Bientôt l’acte de trop

Le tapage autour de la venue de François Hollande à l’université de Lille ou encore les interdictions prononcées par l’extrême-gauche contre Sylviane Agacinski vont finir par déranger. Quand ce n’était que contre Marcel Gauchet, le pouvoir s’en fichait. A présent, la surenchère gauchiste risque de mettre en danger physiquement une gauche bobo qui jusqu’ici couvait maternellement cette bande de nervis.

La différence avec les banlieues, c’est que ces jeunes militants violents n’ont pas la froide rationalité du trafiquant de drogue qui sait jusqu’où il peut aller dans l’intimidation avant de mettre en péril ses juteuses affaires. Les antifas vont commettre l’acte de trop car leur démarche est de toute façon auto-destructrice.

Désamorcer cette bombe à retardement va être l’un des grands problèmes de Macron et ses ministres dans les années qui viennent. Ils vont devoir gérer habilement la communication pour ne pas avoir l’air de donner raison à l’extrême-droite, seule à se plaindre du problème depuis vingt ans. C’est l’une des équations cachées du redécoupage de l’enseignement supérieur. Il s’agit de fusionner des universités et d’y intégrer les grandes écoles tout en laissant à l’écart les universités de sciences humaines devenues des poubelles.

Le pouvoir a un sacré chantier sur les bras. Nous n’avons pas fini d’en entendre parler…

Hits: 1694

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. hazère-tyuillope dit :

    Les bobos ne bougent pas tout simplement parce que les antifas sont leurs enfants !

  2. Sebastien dit :

    « Certains d’entre eux de sont livrés à une agression à en bonne et due forme à Rennes, allant jusqu’à utiliser de l’acide pour nuire à leurs agresseurs »

    à leurs « Victimes » me semble plus clair ou alors je n’y comprends plus rien

  3. luc nemeth dit :

    On est ici devant une très grossière provocation antisémite avec cet article signé… « Charles Weizmann » et qui tient des propos imbéciles et orduriers.
    A toutes fins utiles j’en informe des camarades, ainsi que la DILCRAH.

    • Weizmann dit :

      Cher Monsieur,
      Cette réaction ne vous honore pas et apporte de l’eau à mon moulin. Faute de pouvoir répondre sur le fond, vous en appelez à la répression policière. C’est affligeant !
      Quant à l’accusation d’antisémitisme, elle ne trompe plus personne. C’est du pur terrorisme intellectuel. Retournez donc lire Libération !

    • courrier-strateges dit :

      Pour le coup, accuser d’antisémitisme sans fondement relève de la diffamation.

  4. eliot dit :

    Un distributeur d’étoiles à destination de commandos suggérés. Outrecuidance insupportable et tellement grossière qu’on en vient à douter de son soutien à « sa ? » communauté. On pourrait relayer sa participation à la Dilcrah, elle relève de sa compétence ..

  5. Joseph dit :

    Après relecture, c’est le dernier chapitre qui en dit le plus. « L’extrême droite » serait ainsi le parti « seul à se plaindre depuis 20 ans », mais de quoi exactement ? Le RN ex FN est un parti comme un autre, et c’est essentiellement là que réside l’imposture. Ils ne sont nullement « extrême » et pas plus ni moins incompétents que les autres partis. En revanche, ils participent à la farce qui consiste à être un opposant de paille, la seule chose qui soit exigée d’eux est de faire allégeance à l’empire Maastrichtien, ce qu’ils font avec zèle.

    Les antifas sont les mêmes idiots utiles.

    RN ou antifas, même combat. Ils sont ce que Marlène Schiappa est à la politique : des enfumoirs, tels ceux utilisés dans les ruches par les apiculteurs, anesthésiant les abeilles pour leur piquer leur miel (1).
    En résumé, lorsqu’un sujet devient trop pressant, on ressort (en fait ils sortent tout seul, pas de complot (2)) les antifas, les « extrêmes » de tous bords, Marlène Schiappa, Nicolas Hulot, etc… c’est l’assurance de pourrir un débat.

    La gauche ça n’existe pas, pas plus que la droite, ce qui a réalité et emprise sur le monde c’est le pouvoir, et a commencé dès que l’humain a cessé d’être un chasseur cueilleur pour s’abandonner à la domestication de la sédentarité qui n’est jamais qu’une forme de stabilité relative et structurelle, celle si bien décrite par Aldous Huxley dans « Le meilleur des mondes ».

    Le véritable monde ? celui du reste que la plupart des humains plébiscitent sans ne jamais l’avouer, se retrouve dans les jeux vidéos ou les feuilletons comme Game of Thrones ainsi que la multitude grandissante de nanars cinématographiques et ouvrages du même acabit, la violence y est le dénominateur commun. L’observateur se rêve un temps leader, chef de guerre, détenteur de divers pouvoirs. Les antifas évoluent, comme nous tous, dans un jeu vidéo qui a pour nom démocratie.

    (1) La saga Matrix n’est jamais que la description d’une ruche, in fine un jeu vidéo… alors, pilule bleue ou pilule rouge ?
    (2) au seul exemple, un gugusse comme J.J Bourdin est le parfait aboutissement d’un système qui s’auto alimente, idiot suprême, Kapo fatalement zélé et obséquieux. Entre Bourdin et les antifas ? rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.