Politique

Macron: du non-remaniement au retour des violences

Emmanuel Macron vient de procéder à un non-remaniement ministériel, c’est-à-dire à trois remplacements techniques sans ambition et sans perspective politique. Ce mutisme inquiète dans la mesure où il laisse augurer d’un dialogue de sourds dont on voit mal l’issue. 

Le non-remaniement de cette semaine coupe le souffle. Il a en effet consisté à remplacer des ministres proches de la première heure par d’autres proches de la première heure, comme si le temps était encore aux remerciements d’après-campagne. Ce faisant, ni le Président de la République ni le Premier Ministre n’ont pris soin de l’expliquer ou de lui donner un sens, comme si ce dialogue avec le pays était devenu superfétatoire. 

Macron se cramponne à la technocratie

Se faisant, Emmanuel Macron a fait le choix de promouvoir, sur trois personnalités, deux proches (Cédric O et Sibeth Ndiaye) qui n’ont pas de mandat électif. Domine ici encore le mythe des experts, des spécialistes, des techniciens, qui feraient mieux que les élus. 

Pour Emmanuel Macron, la promotion de proches est une évidence qui  s’impose sans débat. Il s’agit ici d’une dangereuse sous-estimation des attentes que l’opinion nourrit, et qui nourrissent l’opinion. Pourquoi toujours piocher dans le même vivier des marcheurs trentenaires de la première heure? Des spécialistes, par exemple dans le numérique, la France en est riche, qu’ils soient ou non trentenaires. Et on voit mal quelle raison « technique » justifie la nomination de Cédric O sur ce poste. Si ce n’est la proximité datant de la campagne électorale.

Ce repli systématique sur la même garde risque, à terme, de nuire fortement au Président. Pour l’extérieur, il apparait en effet comme l’homme d’une coterie. En interne, plus d’un député méritant pourrait s’étonner de se voir préférer des conseillers « planqués » aux élus. 

Dans la majorité, beaucoup reprochent à Macron son ingratitude. Ce reproche ne devrait pas diminuer dans les prochaines semaines.

Le Grand Débat n’aura servi à rien

Parallèlement, Macron se replie peu à peu sur sa politique et son cap initial, et semble ne vouloir pas entendre les attentes exprimées lors du Grand Débat. C’est un peu étonnant. En l’espèce, le pouvoir fait preuve d’une espèce de déni névrotique qui pose question. 

Beaucoup de conseillers de l’Elysée partent du principe que le débat est derrière eux et que la question est réglée. C’est une manière anxiogène de traiter les problèmes, consistant à les nier. On refuse de voir et on se dit que tout va bien, qu’on peut passer à autre chose. 

D’où les déclarations incendiaires de Sibeth Ndiaye que nous rapportons et qui mériteraient que la presse mainstream s’y arrête un peu plus. Elles sont en effet porteuses de ruptures graves et de désordre dont le pays pourrait se repentir lourdement. Dans la pratique, beaucoup ont mis en garde Emmanuel Macron contre la tentation d’utiliser le Grand Débat pour gagner du temps et ne rien changer. Malgré ces avertissements, le Président semble bien décidé à fouler au pied l’expression populaire. 

Le retour des violences pour la seconde quinzaine d’avril

Tous ces éléments montrent que, de façon déraisonnable, et dans des proportions à peine croyables, Emmanuel Macron devrait commettre l’erreur suprême d’expliquer aux Français qu’il les a faits parler pour rien pendant trois mois. Ce choix est extrêmement dangereux. 

En effet, les ingrédients sont désormais réunis pour une nouvelle explosion d’ici trois ou quatre semaines, et cette explosion pourrait porter des désordres bien plus grands que la République n’est capable de les encaisser. Les blacks blocks ont en effet annoncé leur retour fin avril. Ils devraient pouvoir compter sur le soutien d’une opinion massivement frustrée par la légèreté du Président lorsqu’il s’agit de tenir ses promesses.

Qui sème le vent…

Hits: 2024

4 Comments

  • Lebrun

    Si l’on postule que Mr Macron a été suffisamment et politiquement intelligent pour arriver là où il est, il vaut mieux ne pas mésestimer ses compétences et penser qu’il fait fausse-route par aveuglement ou bêtises que nous nous verrions mieux que lui. L’emploi du lieu commun de la citadelle qui rend aveugle me semble un peu facile, pour justifier la posture du commentateur plus éclairé.

    Nous pouvons, s’il vous plait, imaginer que Mr Macron a été formé à de  »bonnes » écoles.
    De ce fait, on peut imaginer qu’il croit fermement aux théories néolibérales que l’on lui a inculqué pendant ses études et qu’il s’est engagé à porter au service de ceux qu’il représente. Si vous lui demandez de renier son crédo de la mondialisation libérale heureuse, tout s’effondre autour de lui.

    Ce que l’on peut lui reprocher donc, ce n’est pas son sens tactique, mais son dogmatisme.
    Il ne se met pas au service pragmatique des Français et des Européens, mais au service d’une idéologie qui date de 80 ans (Conférence Walter Lippmann Paris – 1938). De ce fait, il est incapable d’accepter la réalité de la fin d’un cycle écologique et humain.
    Dommage … Jupiter n’est pas un grand-homme !

  • abesivel

    Macron n’a pas d’idéologie (« ni gauche, ni droite », ni moraliste, ni conservateur, pas révolutionnaire et encore moins libéral), il est au service des vrais dirigeants de ce pays, principalement des hauts fonctionnaires et des grands patrons qui n’ont pas non plus d’idéologie et ne veulent que LE POUVOIR, drogue durissime, expérience ultime pour ces oligarques qui ne sont au fond que des types ordinaires dans une position extraordinaire. Sa jeune garde de trentenaires et quadras constitue la relève de cette caste dont il est le meilleur élève. Aucune spiritualité dans tout cela, ces types sont ultra matérialistes dont la drogue du pouvoir a tué toute grâce (le divin en chacun de nous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.