Idées à creuser,  Invité,  Politique

Xavier Drouet: Relations Chine Europe, une partie de jeu de go

Les récentes visites en Europe du président de la république populaire de Chine Xi Jinping et de son premier ministre Li Keqiang montrent que les dirigeants de la deuxième puissance économique mondiale sont de redoutables joueurs de go, ce jeu chinois millénaire qui consiste à dessiner des territoires dans lesquels on encercle les pions de son adversaire pour les capturer.

 

Parmi les parties que joue la Chine à l’échelle mondiale celle qui l’oppose à l’Union Européenne est particulièrement active depuis l’annonce du pharaonique projet des nouvelles routes de la soie.

Les nouvelles routes de la Soie

Lancé en septembre 2013 peu après l’arrivée de Xi Jinping à la tête de l’état chinois, ce projet pharaonique de développement de voies terrestres et maritimes nouvelles est destiné à connecter l’Asie au reste du monde avec un ensemble d’infrastructures dont le coût total se chiffre en milliers de milliards de dollars. Cette « ceinture  » économique de la route de la soie (Silk Road Economic Belt aussi appelée Belt and Road Initiative) relie la Chine à l’Europe par voie terrestre via l’Asie centrale et par voie maritime via l’Océan Indien.

L’objectif affiché est de «favoriser les liens entre les peuples et le développement économique» en facilitant les échanges de marchandises, les mouvements de population et les transferts monétaires.

Ce projet gigantesque permettra surtout de renforcer les exportations de la Chine et de sécuriser son approvisionnement en matières premières en provenance des pays en voie de développement. C’est aussi un moyen pour la Chine de désenclaver certaines de ses régions dont l’économie est à la peine et d’affirmer son projet politique (résumé dans le slogan «le rêve chinois») visant à renforcer la légitimité du Parti Communiste qui a perdu la confiance de la population.

Aucun texte alternatif pour cette image

Il est difficile de ne pas voir dans cette initiative titanesque la volonté hégémonique de la Chine qui aspire à devenir la première puissance économique planétaire. Le méga-investissement chinois, estimé à plus de mille milliards de dollars va financer un réseau tentaculaire d’infrastructures dont la construction et/ou l’exploitation sera majoritairement confiée à des entreprises chinoises qui en tireront l’essentiel des revenus.

La Chine aurait déjà déboursé près de 200 milliard de dollars pour des projets situés dans une multitude de pays en Afrique (Égypte, Nigéria), au Moyen-Orient (Oman, Turquie), en Asie ( Inde, Indonésie, Philippines, Si Lanka, Tadjikistan).

En Europe plusieurs pays se sont ralliés au projet : la Grèce a cédé le port du Pirée à la compagnie de fret chinoise COSCO qui contrôle aussi les ports de Valence et de Bilbao ; le conglomérat China Energy Fund Committee (CEFC) a dépensé plus de 1 milliard de dollars en République tchèque en rachetant (entre autres) la compagnie aérienne nationale ; l’Italie vient de signer un protocole d’accord qui comprend des investissements chinois dans les ports de Gênes et de Trieste …

La Chine se donne ainsi les moyens d’assurer son influence à moyen terme et d’écouler sa production industrielle car il ne fait aucun doute qu’avec une telle organisation le déséquilibre des échanges entre la Chine et l’Europe a peu de chance d’être résorbé et que l’impact d’investissements qui portent sur des secteurs comme l’énergie les télécommunications, le tourisme… va au-delà de simples considérations logistiques. A cet égard le projet manque singulièrement de transparence.

Les modalités de financement interpellent tout autant car l’énormité des montants prêtés peut déstabiliser les finances des pays auxquels ils sont accordés comme en témoigne, par exemple, la douloureuse expérience du Sri Lanka qui a été obligé d’accorder la concession pour 99 ans du port en eaux profondes de Hambantoa faute de pouvoir faire face à ses échéances de remboursement.

La tournée Européenne des dirigeants chinois

Les visites du Président Xi Jinping en mars dernier et de son premier ministre quelques semaines plus tard ont montré la ténacité de leur stratégie et la subtilité de leur tactique.

Le voyage de Xi Jinping, présenté comme une visite de courtoisie avait en réalité une tout autre portée. Elle s’inscrit dans un contexte de divergence entre les membres de l’Union Européenne sur laquelle Chine cherche à capitaliser.

Aux déclarations d’Emmanuel Macron, qui demande que la Chine «respecte l’unité de l’Union Européenne» et aux exigences de Jean-Claude Juncker, qui veut que «les entreprises européennes trouvent le même degré d’ouverture en Chine que les entreprises chinoises en Europe», le président chinois a répondu par des généralités : «c’est de la compétition positive», «nous sommes en train d’avancer ensemble», «il ne faut pas que la méfiance fasse qu’on ne cesse de regarder en arrière»…

Face à la Chine qu’elle qualifie de «rival systémique» l’enjeu pour l’Europe est double : tenter de la persuader de canaliser ses ambitions économiques et diplomatiques dans les règles du multilatéralisme et, d’autre part, d’essayer d’unifier une  » Union  » divisée face aux ambitions de Pékin.

La partie est loin d’être gagnée comme on peut le voir après la visite du premier ministre chinois à Dubrovnik

Au prix d’âpres négociation lors du sommet qui s’est tenu à Bruxelles Li Keqiang s’est engagé à promouvoir un commerce «fondé sur des règles» et à combattre «l’unilatéralisme et le protectionnisme». L’accès des entreprises européennes sera «facilité» et les transferts forcés de technologies «devraient être évités» a-t-il aussi affirmé.

Le lendemain de ce sommet Li Keqiang s’est rendu en Croatie pour un sommet du partenariat « 16+1  » de 3 jours où il rencontré 16 pays d’Europe centrale (de l’Albanie à l’Estonie en passant par la Hongrie et la Pologne) qui coopèrent avec la Chine depuis 2012 selon les modalités exposés plus haut (prêts consentis par la Chine pour la construction d’infrastructures). Le coup est bien joué en terme d’influence économique et politique car cette zone géographique permet de relier la voie maritime de la « ceinture », qui passe par la corne de l’Afrique et aboutit au Pirée, à l’Europe orientale et l’ouest de la Russie

Les nouvelles routes de la soie étaient un thème central du sommet «16+1» de Dubrovnik. Bruxelles s’est dit préoccupé…

Comme au jeu de go les chinois ont placé des pions dont la juxtaposition pourrait enfermer la partie occidentale de l’Europe. La partie continue !

_________________________________________________________________________

Xavier Drouet est fondateur de D-FI initiative et innovation, qui accompagne les projets d’entreprise.

 

Tous ses articles sont ICI

Hits: 344

One Comment

  • Panisse

    « En Europe plusieurs pays se sont ralliés au projet : la Grèce a cédé le port du Pirée à la compagnie de fret chinoise COSCO » … Faut pas pousser quand même… La Grèce a cédé le port du Pirée pour répondre aux injonctions de l’Union européenne de vendre tout ses actifs… Pas vraiment parce qu’elle se serait ralliée au projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.